Lettres du commandant Coudreux à son frère (1804-1815)

Fontainebleau, le 10 Thermidor an XII (29 juillet 1804)

J'ai été nommé chef de chambrée et instructeur ; c'est un grand acheminement au grade de caporal. Mais voici quel est maintenant le nouveau sujet qui fixe mon attention :
Le général Bellavesne commande à Fontainebleau les élèves de l'Ecole spéciale militaire. Le hasard m'ayant procuré l'occasion de faire sa connaissance, il m'a témoigné qu'en ma qualité de Vélite je pourrais entrer maintenant à l'Ecole comme pensionnaire. Mon colonel, qui m'a toujours manifesté quelques égards, m'a promis de s'intéresser lui-même au succès de mes démarches, et il présentera ma demande au général Hulin et au maréchal Bessières, lors de la première revue qui doit être passée dans quinze jours. Voici donc quels seront les avantages qui pourront en résulter : dans un an au plus tard, je sortirai de l'Ecole militaire en qualité de sous-lieutenant, dans un corps à mon choix. Une fois officier, je puis quitter le service en donnant ma démission, ou servir avec honneur si les circonstances l'exigent. Cela ne vaudrait-il pas mieux que d'être grenadier dans la Garde, où je resterais peut-être mes cinq ans avec un grade subalterne et peut-être même simple soldat ? D'un autre côté, il est bon d'observer qu'il m'en coûtera 1200 francs par an à l'Ecole.

retour vers le tableau de correspondance de Coudreux