Lettres du commandant Coudreux à son frère (1804-1815)

Visogrod , 3 novembre 1807

Figure-toi qu'un ordre inattendu vient de m'enlever ma commanderie, et que depuis huit jours j'ai quitté la belle Mme Lazowska. Il y a dix lieues d'ici à Nowidwor où nous avons du monde ; il en résulte que notre service devient très actif et que je me suis vu forcé d'acheter un second cheval pour seconder ma Vestale. Mon nouveau coursier se nomme Lovinsky et me coûte 200 francs que j'ai tirés sur MM Gaudelet et Dubernard, de Paris. J'espère que ces messieurs voudront bien faire accueil à mon mandat daté du 30 novembre et payable à vue. Mon vendeur, officier du 33è régiment, a exigé ainsi son payement, parce qu'il avait de l'argent à envoyer à ses enfants. D'ailleurs, mes finances se maintiennent et ma caisse est fort bien garnie.
Rien autre chose de nouveau en Pologne. Le roi de Saxe est à Varsovie et doit y passer l'hiver ; il y arrive aussi incessamment 6000 Saxons, qui vont remplacer les 61è et 51è de ligne qui partent pour Magdebourg ; on prétend que nous les suivrons de près, mais ce sont des on-dit.

retour vers le tableau de correspondance de Coudreux