Lettres du commandant Coudreux à son frère (1804-1815)

Halberstadt, 18 septembre 1810

J'ai reçu, mon ami, ta lettre du 19 passé, à mon retour d'une tournée assez longue, que j'ai été obligé de faire avec quelques officiers d'état-major dans une partie du pays occupé par les troupes de notre division.
Je viens de faire une perte qui m'est bien sensible dans la personne de M. de Croix, mon lieutenant, second aide de camp de mon général. Ce jeune officier, âgé de vingt-huit ans seulement, était depuis cinq ans déjà mon intime ami ; une inflammation de poitrine l'a enlevé au bout de quatre jours de maladie. Je le regrette bien sincèrement. Je me trouve chargé, conformément à nos lois militaires, de l'inventaire, de la vente et de la remise des fonds à la famille du défunt. C'est une corvée bien pénible. Mon camarade qui, comme moi, n'était pas payé depuis longtemps, laisse quelques dettes, cela me cause beaucoup d'embarras. J'espère néanmoins que le produit de la vente couvrira tout, et que tout ira bien.
Prie Gavoty d'accueillir mon mandat de 136 francs, payable à mon ordre le 20 du mois prochain, que j'ai remis au conseil d'administration du 25è régiment de ligne en remboursement de pareille somme qui lui était due par M. de Croix pour fourniture d'effets.

retour vers le tableau de correspondance de Coudreux